23 juin 2024

TDS : Comment survivre au Shadowban

Allez, accrochez-vous les filles ! On part en voyage dans le monde mouvementé du marketing web, où les grands pontes de la tech n’ont pas peur de secouer les choses.

En octobre 2020, Facebook a mis à jour leurs conditions d’utilisation et leurs règles de la communauté. Quelques mois plus tard, Instagram (qui appartient à Facebook, surprise, surprise) a fait de même avec un nouveau règlement. Ces plateformes adorent changer les règles du jeu régulièrement, mais cette fois, leur coup d’éclat a particulièrement fait grincer des dents chez les travailleuses du sexe. Même si la sollicitation et l’escorting sont interdits depuis belle lurette sur ces plateformes, les dernières mises à jour étaient plus longues et plus embrouillées que les règles du Monopoly. Des expressions floues comme « interdiction des rencontres sexuelles » et des « éléments suggestifs » ont fait craindre à beaucoup que ces nouvelles conditions d’utilisation les mettent sur la sellette et provoquent une série de bannissements en douce. Et devinez quoi? Selon les témoignages de travailleuses du sexe et de chercheurs, c’est exactement ce qui se passe.

Mais alors, comment en sommes-nous arrivées là ? En 2018, les États-Unis ont adopté une loi anti-traite des êtres humains appelée FOSTA/SESTA (Ouais, ils adorent les acronymes là-bas !). Il s’agit d’un package regroupant le projet de loi SESTA du Sénat américain (Stop Enabling Sex Traffickers Act) et le projet de loi FOSTA de la Chambre des représentants (Fight Online Sex Trafficking Act). Sous couvert de lutter contre la traite des êtres humains, elle a modifié les petites lignes d’une loi importante appelée S230. Depuis les années 90, la S230 protège les plateformes et services Internet en les dédouanant de toute responsabilité concernant le contenu généré par les utilisateurs. Eh bien, la FOSTA/SESTA a changé la donne en « élargissant considérablement la responsabilité civile et pénale des sites web avec du contenu généré par les utilisateurs », y compris Twitter, Instagram et autres plateformes dont dépendent les travailleuses du sexe pour leur business.

Depuis l’adoption de cette loi, les géants de la tech ont discrètement renforcé leurs pratiques de modération de contenu et cherché des moyens de limiter le contenu généré par les utilisateurs qui pourrait les rendre responsables. (En 2019, par exemple, Facebook a déposé un brevet qui fait allusion au développement d’une technologie de bannissement en douce.) Mais certaines personnes, comme Hoss* – un ingénieur logiciel, producteur de films pour adultes et défenseur de la vie privée – pensent que la FOSTA/SESTA n’est que la cerise sur le gâteau d’un problème enraciné dans les décideurs et les parties prenantes. « Cela a beaucoup à voir avec les annonceurs », dit-il. « De nombreuses applications et sites web sont financés par la publicité. Mais les marques ne s’associeront qu’avec des entreprises dont elles sont prêtes à assumer l’image ;

#image_title

Alors, tenez-vous bien les filles, parce que les travailleuses du sexe ont de plus en plus besoin des médias sociaux pour gagner leur vie, construire une communauté et accéder à des mesures de réduction des risques. Et même si la FOSTA/SESTA ne s’applique qu’aux États-Unis, elle a des répercussions sur le monde entier ; après tout, les plateformes de médias sociaux ne peuvent pas toujours faire respecter les règles communautaires spécifiques à chaque région. De plus, de nombreuses entreprises hébergent leur contenu aux États-Unis.

Si vous êtes une travailleuse du sexe, vous avez peut-être déjà été victime d’un shadowban – ou vous craignez que cela ne vous arrive. Cependant, il y a des moyens d’essayer de l’éviter ou de le surmonter. Chez tescopines, nous voulons aider notre communauté à naviguer en toute sécurité et efficacité dans la jungle du shadowban . Alors, on ne peut pas vous garantir que ces techniques sont infaillibles, mais on peut vous dire qu’il y a des moyens de contre-attaquer. Lisez la suite pour savoir comment.

D’abord, c’est quoi un bannissement en douce, ou « shadowban » ?

Un shadowban, c’est quand les algorithmes ou les modérateurs de contenu humains rendent invisible le contenu que vous postez à votre communauté directe et étendue. La partie « shadow » intervient car, la plupart du temps, on ne vous informe pas que vous avez été bannie en douce, ni même que vous avez été expulsée de la plateforme. Les plateformes de médias sociaux sont motivées à vous garder en ligne car votre présence les aide à générer des revenus publicitaires. Cela signifie qu’ils garderont votre compte actif, mais si ils jugent votre contenu inapproprié, à haut risque ou de faible valeur, votre compte n’apparaîtra pas dans les recherches générales. Vos publications seront également déclassées dans les fils d’actualité de vos propres abonnés, et les images que vous postez n’apparaîtront plus dans les hashtags que vous avez utilisés.

Comment peut-on être shadowban ?

« Le fait que les plateformes de médias sociaux grand public soient inhospitalières envers les travailleuses du sexe n’est pas une nouveauté, même si beaucoup des règles de la communauté sont devenues plus claires sur ce qui est autorisé et sont plus strictement appliquées récemment », explique Danielle Blunt, une dominatrice professionnelle basée à New York et cofondatrice de Hacking//Hustling. (Hacking//Hustling est un collectif de travailleuses du sexe, de survivantes et de complices qui cherchent à interrompre la surveillance et la violence étatiques facilitées par la technologie.)

En gros, votre contenu enfreint les règles quand il propose ou demande des services sexuels et incorpore des éléments suggestifs. (Consultez un résumé des règles communautaires de Facebook et Instagram) Cependant, Hoss pense que le shadowban est plus complexe qu’une réaction directe à votre contenu. Selon lui,shadowban les travailleuses du sexe une par une ne fonctionnerait jamais car cela prendrait trop de temps. Il est plus efficace de bannir les gens en groupe. « Si vous faites partie de la communauté du travail du sexe, vous remarquerez peut-être que lorsque quelqu’un est shadowban , on a l’impression que tout le monde est shadowban », dit-il. « C’est parce que le shadowban n’intervient pas immédiatement lorsque vous postez quelque chose qui déclenche l’algorithme de modération de contenu. La technique consiste à attendre quelques semaines pour vous rendre plus difficile la tâche de savoir quel contenu vous a valu d’être banni, et pour trouver d’autres personnes à bannir en douce. »

Selon Hoss, cette technique de bannissement en douce est rendue possible par deux choses : les cookies datr et le suivi entre différents appareils. En général, les cookies sont des paquets d’informations qui stockent des traces de ce que vous faites en ligne. Les cookies datr sont un type unique à Facebook ; ils existent pour détecter les appareils et les navigateurs web utilisés pour se connecter à Facebook (ou Instagram) indépendamment de l’utilisateur. En termes plus simples : si vous allez sur Facebook, un cookie datr sera placé sur l’appareil et/ou le navigateur que vous avez utilisé. Ensuite, ce cookie stockera des traces de ce que vous faites sur cet appareil ou navigateur pendant deux ans, que vous soyez connecté à Facebook ou non. Selon Hoss, si un ami utilise votre navigateur ou appareil pour aller sur Facebook, ce cookie vous liera. « Ce cookie vous suit chaque fois que vous utilisez un site web qui a un bouton « J’AIME » de Facebook, un bouton « Partager sur Instagram », ou un pixel de suivi Facebook », dit Hoss. « Donc, si plusieurs utilisateurs ou comptes utilisent le même appareil ou navigateur, ils peuvent tous être regroupés. »

Pendant ce temps, le suivi entre différents appareils permet aux cookies de données de stocker des traces d’un même utilisateur sur différents appareils. « Si vous allez sur un autre ordinateur, ce cookie vous suit et vous lie. Si vous utilisez votre téléphone sur le même réseau WiFi que quelqu’un d’autre, ce cookie liera tous ces téléphones ensemble », explique Hoss. « Plus les travailleuses du sexe sont proches les unes des autres, plus ces liens sont forts. Et c’est pour ça que vous avez le shadowban communautaire. »

L’impact du shadowban sur les TDS

En 2020, Hacking//Hustling a publié un rapport examinant les effets du shadowban sur les TDS ; leur recherche comprenait des entretiens avec 262 travailleuses du sexe à propos de leur activité et de leur communauté en ligne avant et après 2020. Hacking//Hustling a constaté que les travailleuses du sexe et leurs alliés « ont remarqué des changements significatifs dans les tactiques de modération du contenu aidant à la perturbation du travail de mouvement, du flux de capital et à la restriction de la parole » depuis l’adoption de la FOSTA/SESTA. Plus précisément, 80,61 % des travailleuses du sexe interrogées rencontrent désormais « des difficultés accrues pour faire de la publicité pour leurs services ». Le rapport a également révélé que les femmes de couleur et les personnes queer subissent plus fréquemment des sanctions et des contrôles sur les plateformes que leurs homologues blancs et cishétéros sur Instagram.

Danika Maia est une cam girl basée à Copenhague qui crée principalement du contenu pour son OnlyFans. Maia a passé des années à construire son Instagram, et pendant longtemps, elle pouvait poster du contenu nu et faire la publicité de ses services sans problème. A l’automne 2020, quelque chose a changé. « En novembre, mon compte a été supprimé sans préavis », dit-elle. « J’étais en plein milieu d’une tournée promotionnelle, donc beaucoup de gens affluaient sur mon compte et je faisais beaucoup de publicité dans mes stories. Cela aurait pu arriver parce que j’ajoutais des liens vers mon OnlyFans et que j’incitais les gens à balayer vers le haut pour accéder à du contenu non censuré. »

Finalement, Maia a récupéré son compte. Depuis, elle a modifié sa stratégie pour respecter les règles de la communauté. Aujourd’hui, elle parle de sexe… sans parler directement de sexe. « Vous pouvez toujours vous faire connaître en tant que travailleuse du sexe sur ces plateformes », dit-elle. « Il faut juste être plus stratégique. »

Comment faire la publicité de votre entreprise sans être shadowban ?

Bien que les shadowbans ne soient pas faciles à gérer, il existe des mesures que vous pouvez prendre pour arrêter d’être suivie, respecter les directives des plateformes de médias sociaux et développer votre entreprise.

Conseil numéro un : faites attention à votre matériel

« Il n’y a pas de tactiques bon marché ou de victoires faciles pour contourner les algorithmes qui vous bannissent en douce. Votre meilleur pari est de vous protéger via votre matériel », dit Hoss. « Si vous pouvez vous le permettre, utilisez deux téléphones mobiles – un pour le travail, et un pour tout le reste. Utilisez une carte SIM dans votre téléphone de travail et ne vous connectez pas à un réseau WiFi. »

Ces précautions peuvent sembler un peu tirées par les cheveux pour les non-initiés – mais selon Hoss, c’est une réponse nécessaire au fonctionnement du suivi. « Chaque appareil qui se connecte à internet a un code unique. Lorsque vous utilisez une application sur votre téléphone – comme Instagram – ce code enregistre essentiellement les comptes que vous créez ou utilisez », explique-t-il. « C’est pourquoi vous voyez des gens se faire shadowban encore et encore : même s’ils créent de nouveaux comptes sur les réseaux sociaux, ils utilisent toujours le téléphone qu’ils utilisaient lorsqu’ils ont été signalés la première fois. Et une fois que vous avez été signalé et que vos coordonnées ont été enregistrées, c’est comme essayer d’enlever du chewing-gum des vêtements. »

Conseil numéro deux : Utilisez judicieusement votre logiciel

« Mes règles d’or ? Arrêtez immédiatement d’utiliser Google Chrome, surtout si vous ouvrez Instagram sur votre ordinateur », dit Hoss. « Ne mettez aucun contenu sexuel sur votre Google Drive. Et n’utilisez pas Gmail ». En somme, évitez d’utiliser les services gérés par Google. « Google vous suivra pire que Facebook, et les extensions Chrome peuvent lire le contenu de votre navigateur web, peu importe le site sur lequel vous vous trouvez ».

Pour être encore plus en sécurité, commencez à utiliser des services de messagerie cryptés, comme Signal ; ne parlez pas de travail du sexe sur quoi que ce soit appartenant à Facebook ou Google (bonjour, WhatsApp). Désactivez également votre suivi de localisation. « Rappelez-vous : ces entreprises ne peuvent vous surveiller que tant qu’elles savent qui vous êtes. Si vous commencez à leur retirer cela, le pouvoir n’est pas parti – mais il est réduit », dit Hoss.

Conseil numéro trois : La manière dont vous linker importe

« Avec Instagram et Facebook, vous ne pouvez pas diriger directement les gens vers vos sites explicites », dit Maia. « Alors maintenant, je fais simplement de la publicité par l’intermédiaire de mon domaine. »

Il se peut que ce soit contre les règles de la communauté de lier directement à du contenu jugé sexuellement explicite – mais ce n’est pas le cas pour lier à votre portfolio ou à votre site web. « Le domaine que j’utilise dans ma biographie sur les réseaux sociaux est essentiellement un LinkTree sophistiqué qui comprend un lien vers mon OnlyFans », explique Maia.

L’idée est que lorsque les gens arrivent sur son site web, ils verront assez rapidement un lien vers son OnlyFans. Et les plateformes comme Instagram ne peuvent pas faire grand-chose à ce sujet. « Une fois que les gens sont sur votre site personnel, les plateformes de médias sociaux ne peuvent pas vous empêcher d’avoir un OnlyFans ! », dit Maia.

Selon Hoss, plus vous avez d’étapes entre votre lien en bio et votre site web de travail, mieux c’est. « Donc : vous pourriez avoir un LinkTree. Ensuite, vous pourriez avoir une étape de confirmation. Après, vous pourriez avoir une troisième étape, comme une vérification d’âge ; et seulement alors les gens pourraient accéder à votre site web de travail », dit-il.

Enfin, assurez-vous de ne pas mentionner du tout les prix sur les plateformes de médias sociaux. « Lorsque de l’argent commence à changer de mains ou est en jeu, les règles sur la sollicitation sexuelle s’appliqueront plus significativement », dit Hoss.

Conseil numéro quatre : Clarifiez votre travail sans franchir la ligne

Au lieu d’espérer que les gens visiteront son domaine et aimeront ce qu’ils voient, Maia se fait connaître comme une travailleuse du sexe en ligne – mais fait attention à ne pas enfreindre les règles de la communauté. « Je précise très clairement sur mon profil que je fais ce genre de contenu, mais je n’utilise pas de langage de sollicitation », dit-elle. « Et je ne publie plus du tout de nus ; je suis seulement entièrement habillée maintenant. »

Enfin et surtout, ne pensez pas que vos DM sont une exception aux règles. « Rappelez-vous : tout ce que vous faites dans l’univers de Facebook appartient à Facebook. Cela signifie que les termes et conditions de Facebook et d’Instagram s’appliquent aussi à vos DM », dit Hoss. « Ne DM pas quelqu’un avec un lien vers votre travail ; c’est à peu près la même chose que d’avoir le lien directement dans votre bio. Et n’envoyez pas d’images sollicitantes ou ne parlez pas de prix : cette information est scannée de la même manière que ce qui est dans vos histoires ou sur votre profil. »

Conseil numéro cinq : Diversifiez vos plateformes

Pour toucher plus de personnes et être plus explicite avec son contenu, Maia utilise Twitter. « Twitter est la dernière plateforme de médias sociaux très populaire qui autorise encore un contenu pornographique complet », dit-elle. « La seule chose qui doit être censurée est votre bannière et votre photo de profil. C’est encore vivant et bien en termes de marketing, de communauté et de partage d’informations. »

Pour le réseautage, Maia s’appuie sur Telegram, une application de messagerie qui vous permet de créer des groupes et des chaînes jusqu’à 200 000 utilisateurs. (Bien que Telegram ne soit pas sécurisé par défaut, vous pouvez choisir de sécuriser les fils de messages individuels). « Telegram est comme mon nouveau Twitter. Je l’utilise pour tout mon réseautage de travailleuses du sexe et la construction de la communauté », dit-elle. « En gros, tout ce que nous faisons est d’échanger des conseils et des services et de la promotio=. »

Ce sont cependant les plateformes les plus connues. Depuis que le shadowban fait la une des journaux, de nouvelles plateformes sont-elles apparues, plus accueillantes pour les travailleurs du sexe ? « Il y a divers sites avec lesquels les travailleurs du sexe expérimentent, mais le problème est que ces sites n’ont pas la même portée que les réseaux sociaux comme Tiktok, Twitter et Instagram », dit Blunt. « La visibilité pour les travailleurs du sexe est souvent une épée à double tranchant, mais sur les plateformes de médias sociaux, la visibilité peut souvent se traduire directement par une augmentation des gains. »

Maia fait écho à ce sentiment. « Nous ne voulons pas partir et créer tout un tas de nouvelles plateformes », dit-elle. « Nous voulons être là où tout le monde est. Nous méritons d’être là où tout le monde est! »

#image_title

Conseil numéro six : En cas de doute – vérifiez si vous êtes shadowbanned

Si vous soupçonnez avoir été shadowbanned, vous pouvez vérifier en voyant si vos publications apparaissent sur les pages de résultats des hashtags. Sinon, la communauté des travailleurs du sexe a développé le Twitter Shadowban Test, un service qui vérifie les comptes Twitter pour les interdictions de suggestion de recherche, les interdictions de recherche, les interdictions fantômes, et le déclassement des réponses.

Rappelez-vous : ces conseils ne sont pas infaillibles

Même si vous êtes intelligent à propos de votre matériel, que vous abandonnez le logiciel qui vous espionne, que vous respectez les règles de la communauté et que vous diversifiez vos plateformes, ces conseils ne fonctionneront pas toujours. Une raison est que les conditions d’utilisation de Facebook et d’Instagram changent fréquemment, ce qui rend difficile de savoir ce qui est permis et ce qui ne l’est pas à un moment donné. Une autre est que le système de modération de contenu est défectueux et peu fiable. Les algorithmes de modération de contenu sont principalement construits par des hommes blancs cisgenres ; leurs biais peuvent être programmés dans leur travail. De plus, les modérateurs de contenu humains peuvent être gravement surchargés de travail et avoir du mal à passer une formation mentalement éprouvante sans compromettre leurs compétences. En conséquence, les choses peuvent mal tourner : des rapports ont révélé que les modérateurs de contenu – qu’ils soient humains ou machines – signalent accidentellement du contenu comme inapproprié à un taux de plus en plus élevé. C’est particulièrement vrai pour les femmes de couleur et les personnes queer.

Nous espérons donc que les conseils ci-dessus vous aideront à développer votre communauté sur les plateformes de médias sociaux. Mais nous vous encourageons également à garder un œil régulier sur les conditions d’utilisation de ces plateformes pour vous assurer que vous êtes à jour lorsqu’elles changent.

Que faire si vous êtes un éducateur sexuel ou un organisateur communautaire ?

Si vous êtes éducateur sexuel ou organisateur communautaire et que vous ne vendez pas de services sexuels, vous devriez être à l’abri d’être shadowbanned. Cependant, des preuves anecdotiques racontent une histoire différente. En 2019, le contenu du magazine Salty a été signalé pour « promotion de services d’escorte ». Cela a incité leur équipe à demander à leur communauté si d’autres avaient vécu quelque chose de similaire. Ils ont interrogé 118 participants, dont beaucoup s’identifiaient comme LGBTQIA+, travailleurs du sexe, éducateurs sexuels et de grande taille. 54% des répondants ont déclaré qu’ils avaient violé les règles de la communauté sans savoir pourquoi.

Le problème est en partie dû à la modération du contenu : TechCrunch a rapporté que les modérateurs de contenu sont formés pour « étiqueter le contenu limite lorsqu’ils traquent les violations de politique ». Cela signifie que les modérateurs de contenu peuvent être mal équipés pour faire la différence entre la sollicitation et la simple éducation sexuelle.

Donc, si vous êtes un éducateur sexuel, vous devriez techniquement être à l’abri – mais soyez prudent sur votre langage et vos liens tout de même.

Comment récupérer votre compte s’il a été désactivé

Si vous avez la malchance de voir votre compte désactivé, la première chose que vous devriez faire est de déposer un appel auprès de la plateforme de médias sociaux. Parfois, vous devrez contacter l’équipe de support technique de la plateforme par email ; mais de nos jours, c’est plus facile que cela. Par exemple, Instagram a récemment annoncé une nouvelle fonctionnalité qui vous permet de contester la décision directement dans l’application. Si le dépôt d’un appel ne fonctionne pas, vous pouvez essayer d’obtenir une assistance juridique de l’Electronic Frontier Foundation (EFF) – une organisation à but non lucratif défendant les libertés civiles dans le monde numérique.

Comment soutenir les personnes que vous suivez et qui risquent d’être shadowbanned

Bien que nous ne puissions pas empêcher les shadowbans de se produire, nous pouvons en diminuer la probabilité en interagissant avec les plateformes des travailleurs du sexe. « Les alliés et les complices des travailleurs du sexe peuvent soutenir et partager le travail des organisateurs de travailleurs du sexe. Organiser sous un shadowban est incroyablement difficile ; cela ajoute une couche supplémentaire de difficulté pour diffuser l’information en dehors de la communauté directement impactée », dit Blunt. « Vous pouvez soutenir financièrement des organisations comme Hacking//Hustling avec des dons. Les alliés peuvent retweeter les travailleurs du sexe et interagir avec notre contenu. Il est important que les alliés et les complices militent également pour la dépénalisation, la déstigmatisation et la décarcération des travailleurs du sexe. »

Peut-être y a-t-il aussi une lueur d’espoir à long terme. « Les difficultés que rencontrent les travailleurs du sexe sur les médias sociaux aujourd’hui sont dues à une idéologie conservatrice. Mais les idéologies sont des choses vivantes : elles changent – et elles peuvent mourir », dit Hoss. « Tout ce qui vit se bat le plus fort quand il est en train de mourir. C’est ce qui se passe actuellement : ces organisations et décideurs se battent dur, parce qu’ils savent que c’est leur dernier rempart. À long terme, ils ne vont pas gagner. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *